Tunisie : à quoi joue le gouvernement?

La spirale de violence a de nouveau marqué plusieurs villes du pays ces derniers jours, rappelant les violences qui ont suivi la diffusion des videos scandales de Rajhi il y a deux mois. Une nouvelle fois, les mêmes causes ont donné lieu aux mêmes effets : appels massifs à manifester sur Facebook, des rassemblements acceuillis par les forces de l’ordre par la brutalité qu’on lui connait, et fuite en avant des violences un peu partout dans le pays les jours qui suivent avec des scènes de pillage et de destruction qui ciblent principalement les symbôles de l’état…

Cette fois encore, les explications du gouvernement de transition ont été insatisfaisantes, frustrantes et incomplètes. Accusant à la fois des mouvements extrémistes de gauche pour leurs tentative de nuire à l’économie du pays, et de droite à obédiance religieuse pour leur tentative de destabilisation du processus de transition, le premier ministre ne désigne toutefois pas explicitement les partis ciblés. Même s’il n’est pas difficile de deviner que les parties visées sont le PCOT et l’UGTT d’un côté, Ennahdha et Hizb Ettahrir de l’autre (qui se sont empressés de nier leur implication), on ne comprend toujours pas pourquoi le premier ministre s’arrête à l’insinuation sans nommer clairement qui est visé par ces accusations. Cette attitude manque de transparence et contribue à alimenter les rumeurs et les théories de complots, véritable fond de commerce des dizaines de pages pseudo-révolutionnaires qui polluent les esprits sur Facebook.

Essebsi désigne-t-il le mouvement Ennahdha, dont les activités ont été autorisées, ce qui l’oblige à respecter un certain code de conduite pour pouvoir participer aux élections du 23 Octobre? Ennahdha, à qui on attribue une popularité importante, a-t-il vraiment intérêt à prendre de tels risques? Ou bien est-ce Hizb Ettahrir, mouvement non autorisé, qui enchaîne les coups d’éclats mais qui peine à rassembler autour de son idéologie rétrograde? Ce mouvement a-t-il vraiment les moyens de mobiliser, de façon concomitante, des centaines de jeunes sympatisants dans plusieurs villes du pays pour causer troubles et violences?

Toutes ces questions restent posées et sans réponses. La nouveauté, cette fois par contre, réside dans le mobile révélé de ces partis désignés qui, selon le premier ministre, « ne sont pas prêts pour les élections, car ils sont sûrs de ne pas les remporter » ce qui les motiverait à causer ces troubles pour « pour empêcher la tenue des élections ». Mais s’il a des preuves sur ce qu’il avance, chose plausible vu le nombre de manifestants arrêtés et très probablement « écoutés » par les soins du ministère de l’intérieur, pourquoi le gouvernement n’agit-il pas en conséquence en révisant l’autorisation des partis concernés à exercer leurs activités? Pourquoi n’informe-t-il pas en toute transparence les citoyens sur les pratiques dangereuses dont il les accuse pour mieux les orienter dans leurs choix de vote le 23 Octobre?
Deux explications possibles à cette position pour le moins floue :
– soit le premier ministre base ses jugements sur des soupçons (ou sur de la mauvaise foi..) et ne souhaite pas accuser officiellement les partis ciblés au risque de mettre un coup de pied dans la fourmilière et de rentrer en conflit direct avec des partis qui peuvent mobiliser les foules…Dans ce cas là, il aurait mieux fait de se taire plutôt que de semer encore plus le doute dans les esprits. Et qui dit doute, dit méfiance et instabilité…
– soit il détient des preuves fortes de la culpabilité des partis visés, et dans ce cas là, il est difficile de comprendre et d’accepter qu’il n’agisse pas en conséquence. Qu’attend ce gouvernement pour prévenir ce genre de dépassements à l’avenir? Et au lieu d’avoir recours comme à chaque fois à la représsion policière brutale, pourquoi ne pas avoir plutôt recours à la justice et à des moyens légaux?

Dans les deux cas, le premier ministre et son gouvernement jouent avec le feu en tardant à adopter une position claire et sans ambiguïté. Cela ne fait que renforçer la position de victimes de partis qui ont été longuement et sévèrement réprimés et stigmatisés par l’ancien régime, en leur donnant plus de grain à moudre.

Enfin, ces explications, aussi crédibles soient-elles, ne doivent pas dédouanner ce gouvernement de ses responsabilités dans la gestion policière et violente d’un rassemblement qui, de toutes façons, était voué à l’échec pour cause d’impopularité et de récupération politicienne. Essebsi n’a pas dit un mot sur le jeune mort par balle à Sidibouzid, ni sur les blessés et les dizaines de personnes arrêtées de façon arbitraire. Il a, semble-t-il, encore une fois laissé le soin à l’armée de s’occuper de ce nouveau dossier sensible…

Par Selim

pixelstats trackingpixel
You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply